Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:43

Bonjour a tous

 Récemment nous avons tous appris le décès de Mr. David Wilkerson, un homme inspiré de D.ieu, et je voudrais comme ma soeur Solange vous partager un de ses écrits que j'apprécie aussi grandement et je dis un gros AMEN ! pour ce texte :  

Par David Wilkerson
30 Septembre 2002
__________

Aux premières années de l’Église, il y eut une grande persécution. Durant cette période affreuse, l’apôtre Jean fut fait prisonnier et envoyé à Rome. L’empereur régnant alors (soit Néron ou Dioclétien) fit exiler Jean sur l’île de Pathmos. Cette île était petite, désolée et dépourvue d’habitants. Son unique population se composait de quelques prisonniers qui y avaient été bannis pour y finir leurs jours. Tout comme eux, Jean avait été envoyé à Pathmos afin d’y mourir.

 

 

L’apôtre auquel je me réfère était celui-là même : « le disciple que Jésus aimait », que le Christ aimait tant. C’est lui qui était « couché sur le sein de Jésus » à la dernière Pâques. Il était aussi le frère de Jacques et le fils de Zébédée. Il est l’auteur du quatrième évangile et des trois épîtres de la Bible qui portent son nom.

 

Essayez d’imaginer la scène, alors que Jean débarque à Pathmos. Il descend de la passerelle d’embarquement du bateau, sur une île désertique. Il n’y a pas d’arbres, que du sable. Devant lui se tient un petit groupe de prisonniers en haillons, endurcis, proférant des jurons. Tous ont des regards sinistres. Ils savent qu’ils mourront ici.

 

Derrière Jean, des marins déchargent quelques caisses de provisions, le minimum vital, probablement du riz, de la farine, et les entassent sur la plage. Puis ils remontent à bord et tirent la passerelle. Ensuite, lentement, le bateau s’éloigne.

 

Jean observe le bateau alors qu’il disparaît à l’horizon. Il ne sait pas s’il le reverra un jour. On l’a laissé en plan, exilé, abandonné, afin qu’il finisse ses jours dans l’isolement. Il écrira plus tard : « J’étais dans l’île appelée Pathmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus » (voir Apocalypse 1.9).

 

Pourquoi Jean, un modeste disciple de Jésus, avait-il reçu une telle condamnation ? Pourquoi Rome, la puissance qui gouvernait le monde, voulait absolument l’isoler de la civilisation ? On aurait pu aisément l’emprisonner sur le continent. Pourquoi l’empereur voulait-il le réduire au silence ? D’une façon certaine, Rome considérait cet homme comme une menace. Jean était visiblement renommé, aussi bien parmi les juifs que les gentils. Quelle influence puissante, quel ministère effectif il avait dû exercer.

Maintenant, alors que Jean regardait disparaître le bateau de la prison, ses propres paroles ont dû lui revenir. C’est lui qui avait rapporté les paroles de Jésus disant : « l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu. Et il agiront ainsi… Je vous ait dit ces choses, afin que, lorsque l’heure sera venue, vous vous souveniez que je vous les ait dites » (Jean 16.2-4).

 

Combien de nuits froides et humides, Jean a-t-il enduré en tremblant à Pathmos ? Combien de fois a-t-il été trempé jusqu’aux os par les vicieuses tempêtes de la méditerranée ? A-t-il jamais eu un abri ou des vêtements de rechange ? Contre combien de rhumes et de maladies dut-il se battre ? À quelle diète fut-t-il soumis ? Peut-être quelques sacs de riz ? Devait-t-il le rationner, sachant qu’il fallait qu’il tienne jusqu’au retour du bateau de la prison ? Fut-il obligé de capturer des serpents ou des lézards pour enrichir sa pauvre nourriture ?

Au vue des standards de n’importe qui, Jean subissait un échec. Beaucoup de chrétiens de nos jours le considéreraient en disant : « Quel gâchis, pourquoi Dieu permettrait-il à l’un des hommes les plus consacré de tous les temps d’être isolé de la sorte ? Pourquoi permettrait-il qu’un disciple dévoué, soit exposé aux éléments et pratiquement affamé ? Je ne comprends pas que Jean n’ait pas demandé à Dieu la délivrance. Après tout, n’a-il pas écrit que Jésus a dit « Ce que vous demanderez au Père il vous le donnera en mon nom… Demandez et vous recevrez » (Jean 16.23-24) Où était la foi de Jean ?

 

Imaginez maintenant la réaction des conducteurs d’église aujourd’hui. Malheureusement, ils mesureraient Jean aux standards de succès qui ont cours : il n’avait pas d’assemblée, pas de bâtiment pour l’église, pas d’argent pour louer ou acheter un local. Il n’avait pas de véhicule pour se déplacer, pas de maison, aucun costume décent pour la prédication. Il n’avait pas de programme pour son ministère, pas de ministères vers la communauté, pas de stratégie pour gagner des nations. Les leaders d’aujourd’hui l’enterreraient rapidement en disant : « Cet homme n’a rien, il est fini. Au fait, pourquoi a-t-il été appelé au ministère ? »

 

Combien ils seraient tous dans l’erreur. Au cours de ce tout premier sabbat à Pathmos, Jean fondit une église. Il l’appela l’église de « Moi Jean ». Il écrivit : « Moi Jean, votre frère, qui ai part avec vous à la tribulation, au royaume et à la persévérance en Jésus…Je fus saisis par l’Esprit au jour du Seigneur » (Apocalypse 1.9-10). Jean disait en d’autres termes, « oui, je suis coupé de la civilisation. Mais j’ai une église. Je suis un ministre du Seigneur ici. Il n’y a ni frère ni sœur pour se joindre à moi. Mais je suis dans l’esprit ».Je vous assure que la louange de Jean, offerte de cette île perdue, était aussi glorieuse pour Dieu, qu’un millier de voix saintes adorant en mille langages différents.

 

Quelque chose d’incroyable arriva à Jean après ces quelques premiers jours à Pathmos. Il prit une décision qui aurait un impact sur l’ensemble de l’église pour l’éternité. En bref, Jean mourut à tous ses plans personnels et pensées concernant son ministère.

 

Pour autant que Jean le sache, son exil à Pathmos était sa destinée finale. Il s’est probablement dit, « Je suis certainement coincé ici pour la vie. Mais je ne perdrai pas le feu de Dieu. Même si je dois être seul ici, je vais adorer le Seigneur. Je n’ai peut-être ni assemblée, ni communion fraternelle avec des frères ou des sœurs, mais je marcherai dans l’Esprit. Et je me consacrerai entièrement à rechercher la face de Dieu. J’ai maintenant du temps pour parvenir à le connaître comme jamais auparavant ».

 

Dans son isolation, Jean s’adonna complètement à la recherche du Seigneur. Il marchait par l’Esprit. Il s’offrit comme un sacrifice vivant. Bien aimés, c’est le cœur de mon message. Jean exerçait à présent un ministère à plein- temps. Je ne dis pas cela dans les termes et de la manière dont on envisage normalement un tel ministère. Il était à plein-temps dans le sens où Jean avait Dieu tout à lui.

 

Voyez-vous, à Pathmos, il n’y avait pas de nécessité à collecter des fonds, pour les slogans ou les battages publicitaires. Nul besoin d’entrer en compétition avec les autres pasteurs ou d’édifier une église plus grande. D’ailleurs il n’y avait pas d’entourage pour faire les louanges de Jean, le congratuler, ou faire son éloge. Sa vie était réduite à un simple objectif, un simple ministère : Jésus Christ seul. C’est tout ce que Jean possédait. Et il dit, en essence : « Voici tout ce qui me sera nécessaire : la prière, l’adoration et la communion avec le Seigneur ».


Qu’est-ce que le ministère à plein-temps ?


Le ministère à plein-temps ne signifie pas simplement être le pasteur d’une église. Ni non plus, voyager en temps qu’évangéliste ou tenir des réunions de réveil. Le ministère à plein-temps ne se détermine pas par un diplôme, le certificat d’une école biblique ou l’ordination par des hommes d’église. Vous pouvez prêcher des centaines de messages, atteindre des foules se comptant par milliers de personnes. Mais cela ne fera pas de vous un ministre à plein-temps aux yeux de Dieu.

 

Des personnes viennent souvent à moi, réclamant la prière afin que le Seigneur les envoie dans le ministère à plein-temps. La plupart d’entre eux sont de simples croyants, avec travail et carrière. Certains croient réellement que Dieu les a appelé à un ministère à plein-temps. Mais pour les autres, c’est simplement leur travail qui les ennuie ou ne les comble pas .Et l’idée de recevoir un salaire décent pour faire l’œuvre de Dieu les attire.D’autres sont impliqués à mi-temps dans l’œuvre de Dieu, mais ont un désir pressant d’entrer dans le ministère à plein-temps. En fait, dans la plupart des pays, les serviteurs de Dieu doivent occuper des emplois séculaires car leurs assemblées ne peuvent les prendre en charge. Et ceux qui reçoivent un salaire sont sous-payés. Ils sont convaincus qu’ils auraient un ministère plus effectif s’ils étaient suffisamment payés pour le faire. Ainsi depuis des années il ont imploré Dieu : « Quand la porte s’ouvrira-t-elle pour moi ? » Je crois que Dieu désire que chaque croyant soit impliqué dans le ministère à plein-temps. L’écriture nous dit que nous sommes appelés comme prêtre (« sacrificateurs ») devant le Seigneur. Cependant, il nous faudra d’abord enlever de notre esprit que le ministère à plein-temps est une carrière ou un emploi rémunéré. Aux yeux du Seigneur le ministère à plein-temps est un ministère envers Lui-même.Autrement dit, vous pouvez être comme l’apôtre Jean, en plan sur une île, seul, et être impliqué à plein-temps dans le ministère. En fait, je considère Jean comme l’un des ministres de la bible ayant eu le plus de succès. Voici comment vous pourrez déterminer si vous êtes prêt pour le ministère à plein temps.

 

Vous n’avez plus besoin que les hommes vous applaudissent. Vous n’avez pas besoin d’une mission, d’un plan, ou de faire partie de quelque grande œuvre. Vous n’avez besoin ni d’assemblée, ni de bâtiment d’église. Le seul ministère qui satisfasse vôtre âme, c’est votre prière et votre adoration envers le Seigneur. Vous préfèreriez être seul avec Jésus, le nourrissant de vos louanges, plutôt que d’être admiré en tant qu’un grand homme de Dieu. Vous savez que tout ministère envers les autres découle du ministère envers lui. Vous vous êtes donc voué à une unique chose : « Mon seul appel sur cette terre c’est mon ministère envers le Seigneur ». Alors vous serez prêt pour ce que Dieu entend par ministère à plein-temps.

 

http://www.tscpulpitseries.org/french/ts020930.htm

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hecto - dans LA VÉRITÉ ?
commenter cet article

commentaires

Www.chemin-Spirituel.net

  • : Le blog de chemin.spirituel.net.over-blog.com
  • Le blog de chemin.spirituel.net.over-blog.com
  • : Ce deuxième blog est pour continuer à exhorter et encourager mes semblable et y ajouter ce que D.ieu fait encore dans ma vie. par l'Amour de D.ieu en Jésus-Christ Notre Sei.gneur et Sauveur. Toutes inspiration sont données par l'Esprit-Saint sans l'aide d'aucune religion, parce que D.ieu est une relation personnelle et non une religion. Ce sont les hommes religieux qui ont à fait des religions.
  • Contact

Profil

  • Hectorine
  • Shalom dans le Nom de Yeshoua. Je me nomme Hectorine Duclos je suis écrivaine dans le domaine spirituel, c'est un don que D.ieu m'a donné en l'an 1992 et je donne tous ces écrits pour la gloire de D.ieu. Amen!
  • Shalom dans le Nom de Yeshoua. Je me nomme Hectorine Duclos je suis écrivaine dans le domaine spirituel, c'est un don que D.ieu m'a donné en l'an 1992 et je donne tous ces écrits pour la gloire de D.ieu. Amen!

Recherche