Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 19:16

« DIEU parle toujour ».

 

« DIEU parle toujour ».
Gildas Opedjre a créé le document

Retenir son Nom c’est garder dans son cœur et  c’est con­fesser de sa bouche tout ce que le Seigneur fait pour moi et peut-être pour les autres. Ne pas renier sa foi c’est demeurer attaché aux principes élémen­taires aux enseigne­ments de la Parole. Là encore c’est un des  signes  des derniers temps que Jésus a dénoncé. «Quand je reviendrai où trouverai-je la foi sur la terre ? »

Même ques­tion que tout à l’heure par rap­port à la dette de l’amour, à qui Jésus s’adresse t-Il ? Qui détient la foi ? Ce sont ses enfants ? Trouverai-je la foi en Moi quand je reviendrai? C’est une parole qui m’a tou­jours frap­pée. L’Eglise sera-t-elle tou­jours con­quérante ? Ou aura-t-elle renié  cer­tains principes de la Parole de Dieu et ainsi la foi sera limitée ?

Alors on imag­ine sans peine les luttes spir­ituelles de l’Eglise de Pergame et la néces­sité  de pren­dre les armes de Dieu et par­ti­c­ulière­ment  celle qui a la spé­ci­ficité d’attaquer et de défendre à la fois : c’est l’épée à dou­ble tran­chant que l’apôtre Paul développe dans Ephésiens ch. 6, et dont le Seigneur s’est présenté à l’Eglise comme tel : Je suis Celui qui a l’épée à dou­ble tran­chant c’est-à-dire, celle qui attaque et celle qui défend. Cela sig­ni­fie garder la foi ? Et l’épée c’est la Parole de Dieu.

 

Mais, comme à Ephèse, il y a quelque chose qui ne va pas. J’ai quelque chose con­tre toi, c’est que tu as chez toi, des gens attachés à la doc­trine de Bal­aam qui inci­tait à Balak à met­tre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël v. 14. Nous avons ici affaire à un cas où Jésus fait allu­sion à un per­son­nage connu de l’ancienne alliance et pour com­pren­dre ce que peut être cette doc­trine de Bal­aam, dénon­cée comme telle, il faut remon­ter très loin dans ce passé du peu­ple Hébreu au moment où ils sont en train de tra­verser le désert et d’arriver en terre promise. Et avant d’arriver dans la terre promise depuis le désert  il y avait un pays à tra­verser c’était le pays de Moab. Et ce roi de Moab refuse de faire passer les Israélites dans son pays pré­tex­tant que cette mul­ti­tude, va dévorer tout ce qui est sur son pas­sage comme le bœuf broute l’herbe, ils vont nous piller, il ne restera rien. Pas ques­tion qu’ils passent par le pays et qu’on les nour­risse. Et pour être con­va­in­cus, et surs qu’ils ne vont pas passer, ils font venir un prophète qu’ils con­nais­saient, qui s’appelle Bal­aam, pour que ce prophète maud­isse ce peu­ple afin qu’il reparte dans le désert. Il avait entendu, Barak, le roi de Moab, tout ce que Dieu avait fait pour son peu­ple en Egypte et à sa sor­tie, et il avait peur et c’est pour cela qu’il veut maudire ce peuple.

 

Bal­aam reçoit donc des émis­saires du roi et il refuse une pre­mière fois  pour aller maudire ce peu­ple et puis c’est l’apôtre Pierre qui nous l’apprend dans son épitre, moyen­nant finance Bal­aam va accepter cette mis­sion.  Mais il reçoit de la part de Dieu cette parole : « tu diras ce que Moi je te dirai, mais vas-y puisqu’ils insis­tent et puisque tu t’es laissé un peu four­voyer ». Dieu sait tout. Alors Bal­aam se trouve face au peu­ple d’Israël, il monte sur une colline, sur une mon­tagne pour apercevoir de loin, ce peu­ple qui attendait l’autorisation de tra­verser le pays et le roi Balak lui dit : « maudis ce peu­ple » et voilà que Bal­aam le bénit en bonne et due forme de la part de Dieu ; alors le roi lui dit : je ne t’ai pas payé pour cela, je ne t’ai pas fais venir pour cela, je t’ai dit : maudis, maudis ce peu­ple, et Bal­aam a nou­veau prend la parole et bénit ce peu­ple et dit : «je ne peux pas le maudire Dieu m’ordonne de bénir ce peu­ple », donc il ne fait que bénir. Et ce qui est éton­nant c’est que le prob­lème ne va pas venir du roi lui-même mais du prophète lui-même qui voy­ant le désar­roi de ce roi Balak, roi de Moab, va lui pro­poser une recette, qui est plus judi­cieuse, qui va devenir « la doc­trine de Bal­aam ». Il lui dit : tu sais, si on ne peut pas maudire le peu­ple de l’extérieur, Dieu m’impose de le bénir, et bien il nous faut faire en sorte que ce soit Dieu lui-même qui maud­isse le peu­ple.

 

Pour ce faire, il faut que tu places le peu­ple dans une sit­u­a­tion où il sera con­sid­éré comme une malé­dic­tion vis à vis de Dieu. Qu’est-ce qu’ils vont faire ? Ils vont faire descen­dre dans le camp des Israélites des filles de Moab. Ah les femmes ! Et les filles de Moab vont attirer les jeunes garçons d’Israël qui vont les pren­dre pour femmes ; or il y avait une loi qui inter­di­s­ait, Moïse l’avait écrite égale­ment : «tu ne pren­dras pas pour mon peu­ple des femmes des pays étrangers…  et ils se mar­ièrent, donc cela dure un petit peu, ils restent là quelque temps ce n’est pas l’affaire de quelques jours, c’est peut-être plusieurs mois, voire une ou deux années, c’est très long… Ils se mari­ent, et la malé­dic­tion de Dieu tombe, directe­ment du ciel, sur eux. Moïse dit dans le livre des nom­bres : « avez-vous lais­sée la vie aux femmes ? Voici ce sont-elles qui sur la parole de Bal­aam ont entraîné les enfants d’Israël à l’infidélité envers le Dieu d’Israël ». Et Moïse ordonne que toutes ces femmes soient rejetées, soient ren­voyées à Moab. C’est quelque chose de difficile.


« DIEU parle toujour »

Gildas Opedjre a créé le document « c'est Dieu qui...................... ».

C’est pourquoi le Seigneur dit : « souviens-toi d’où tu es tombé ! Repens-toi et pra­tique tes pre­mièresœuvres ». Vous voyez que cette perte d’amour est quelque chose qui nous étonne,  en ce sens que c’est un péché aux yeux de Dieu puisque Dieu dit : repens-toi, c’est qu’il y a péché. C’est un péché rarement con­fessé par le croy­ant qui est autant moins con­scient de l’avoir com­mis qu’il va se mon­trer actif dans l’église et il se dira : non ce n’est  pas péché même si j’aime moins le Seigneur, j’agis pour Lui. Pour Dieu c’est d’abord l’amour qui est impor­tant, l’amour que nous avons pour Lui, du temps pour Lui, mais pas du temps pour du temps, du temps où le Seigneur va me don­ner ce dont j’ai besoin… Alors on ne voit pas beau­coup de fruits et on a l’impression d’avoir tra­vaillé en vain. On fait beau­coup de bruit mais finale­ment ce bruit, ce n’est pas comme cela que le Seigneur nous veut. C’est d’ailleurs un des signes de la fin des temps, quand Jésus revien­dra (Matthieu 24 v. 12) « L’amour des croy­ants se refroidira ». C’est une parole dif­fi­cile… Est-ce que c’est l’amour du monde pour les gens entre eux, un égoïsme accru. Ou bien Jésus s’adresse-t-il directe­ment à son Eglise, donc à ses dis­ci­ples ?  Faites atten­tion mes frères et sœurs, un des signes, juste avant le retour, sera cet aban­don de Mon amour. Il faut réfléchir à ça. Que l’Esprit nous sonde per­son­nelle­ment pour cela.

 

La deux­ième Eglise c’est Pergame (relisez chez vous toutes ces let­tres)  Pergame  = idolâtrie

Ver­set 12 du chapitre 2 : « Ecris à l’ange de l’Eglise de Pergame : voici ce que dit celui qui a l’épée aigue, à deux tran­chants : «Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, où Satan a sa demeure. Mais j’ai quelque chose con­tre toi, c’est que tu as là des gens attachés à la doc­trine de Bal­aam, qui enseignait à Balak à met­tre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils man­gent des vian­des sac­ri­fiées aux idoles et qu’ils se livrent à la débauche. De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareille­ment à la doc­trine des Nico­laïtes. Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bien­tôt, et je les com­bat­trai avec l’épée. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises »…

 

Comme dans beau­coup de villes de la région l’idolâtrie à fait son œuvre. Donc on entend les paroles de Jésus au début de la let­tre je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Il y a dans la ville des choses abom­inables et je le sais, on peut presque dire aussi que dans beau­coup de villes en France il y a aussi des mau­vaises choses, mais ce qui est encour­ageant c’est que Dieu sait où nous sommes placés et selon la posi­tion de l’Eglise locale nous avons une mis­sion par­ti­c­ulière en fonc­tion du contexte. 

 

« DIEU parle toujour »

Gildas Opedjre Et quoiqu'il fût Fils, il a appris l'obéissance Hé.5:8

Lorsque nous considérons le Seigneur Jésus Christ dans les Ecritures, nous y voyons la voie excellente. Et dans ce chemin qu'Il a tracé au prix de larmes et de grandes souffrance, Il nous invite à Le suivre dans un sentier d'obéissance et de sainteté. Impossible! diront plusieurs. Certes, il est effectivement impossible à l'homme naturel de s'engager sur un tel chemin et d'y rester par l'énergie de sa propre volonté qui n'est en fait qu'illusoire.

Et quoiqu'il fût Fils, il a appris l'obéissance Hé.5:8

 

Lorsque nous considérons le Seigneur Jésus Christ dans les Ecritures, nous y voyons la voie excellente. Et dans ce chemin qu'Il a tracé au prix de larmes et de grandes souffrance, Il nous invite à Le suivre dans un sentier d'obéissance et de sainteté.

Impossible! Diront plusieurs. Certes, il est effectivement impossible à l'homme naturel de s'engager sur un tel chemin et d'y rester par l'énergie de sa propre volonté qui n'est en fait qu'illusoire.

Mais si le Christ Jésus est notre Sauveur, notre Seigneur, notre divin Modèle, et s'Il nous invite à Le suivre c'est qu'Il nous donne les ressources nécessaires pour une telle marche qui glorifie Dieu.

Nous sommes appelés à êtres des imitateurs de Dieu (Ephésiens 5:1), de son Fils bien-aimé (1 Thessaloniciens 1:6) venu pour faire de ses créatures perdues des adorateurs en esprit et en vérité, mais également des serviteurs et servantes obéissants du grand Dieu Sauveur. L'apôtre Paul, un homme aux mêmes passions que nous, nous exhorte par l'Esprit à être ses imitateurs comme lui l'est de son divin Maître (1 Corinthiens 4:16; 11:1). C'est bien à nous que Dieu s'adresse à travers son serviteur. Et l'excuse que nous n'arrivons pas à la hauteur de l'apôtre Paul est une fuite, une paresse, une désobéissance à ce que notre Père nous destine.

Dieu ne nous a pas seulement accordé son pardon en son Fils, mais bien plus Il nous a justifiés en Lui, rendus agréables dans le Bien-aimé, destinés à la gloire éternelle, et en chemin appelés à manifester que nous sommes bien ses enfants, et que comme tels nous avons à être saints comme Lui est saint, à marcher d'une manière digne de l'appel dont Il nous appelés.

Mettrions-nous en doute la Parole de Dieu lorsqu'Il nous dit que cela est non seulement possible mais également requis pour le glorifier en tous temps ?

Dieu ne nous demande pas une chose sans nous donner la possibilité de l'agréer. Ainsi donc, Il nous donne de le glorifier en son Fils, en demeurant dans le Christ Jésus.

Entre parenthèses, nous pouvons dire que si la loi a été un conducteur qui ne donnait pas les ressources pour plaire à Dieu en ce qu'elle exigeait l'obéissance de la nature en Adam, vivre et marcher selon la grâce est tout aussi impossible pour cette nature corrompue. En effet, la grâce n'est en rien moins exigeante que la loi, contrairement à ce que beaucoup croient. Nous pouvons même dire qu'elle va plus loin que la loi mosaïque ; là où celle-ci s'arrêtait aux actes, la grâce va jusqu'aux motifs, jusqu'aux profondeurs de l'âme. Et Jésus n'est pas venu amoindrir les exigences de Dieu. Au contraire, Il est descendu jusqu'à la mort de la croix pour les satisfaire.

 

« Tu ne tueras point », dit la loi.

« Quiconque hait son frère est un meurtrier », dit la grâce.

 

« Tu ne commettras point adultère », dit la loi.

« Quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis adultère avec elle dans son coeur », dit la grâce.

 

« Tu ne déroberas point », dit la loi.

« Celui qui a les biens de ce monde, et qui voit son frère dans le besoin, et qui lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ? », dit la grâce.

Pour conclure, nous devons reconnaître qu'il est tout aussi impossible à la chair de vivre sous la grâce et de plaire à Dieu. Il faut impérativement cette nouvelle nature en Christ régénérée journellement par la Parole de Dieu appliquée à nos coeurs par l'Esprit Saint.

Nés de Dieu, si du moins nous nous sommes repentis et avons reçu le Christ Jésus pour Sauveur, nous sommes élus selon la préconnaissance de Dieu le Père, en sainteté de l'Esprit, pour l'obéissance et l'aspersion du sang de Jésus Christ (1 Pierre 1:2).

 

Et l'obéissance à Dieu n'est possible que si nous sommes réellement en Jésus et de Lui. Alors l'Esprit aura versé en nous l'amour divin que le Fils est venu révéler et manifester pleinement. Cet amour du Père, du Fils et du Saint Esprit, n'améliore pas notre vielle nature corrompue que nous avons à maintenir dans la mort, crucifiée avec Christ, mais il prend sa liberté d'action dans la nouvelle nature reçue de Dieu. Et ce n'est que dans cette nouvelle création que l'obéissance à Dieu et pour Lui est rendue possible, là où l'amour implique inévitablement celle-ci.

Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, car la semence de Dieu demeure en Lui, et il ne peut pas pécher parce qu'il est né de Dieu. (1 Jean 3:9)

 

Quiconque garde sa parole, - en lui l'amour de Dieu est véritablement consommé. (1 Jean 2:5)

 

Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu … c'est ici l'amour de Dieu, que nous gardions ses commandements, et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu est victorieux du monde … Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? (1 Jean 5:1-5)

En notre Sauveur et en Lui seul, nous sommes introduits dans la sphère bénie de l'amour de Dieu où nous pouvons nous y mouvoir, sans toutefois mesurer son infinie grandeur, afin d'entrer dans le cercle de l'obéissance qui plaît à Dieu et l'honore.

Et qui d'autre que le Fils de Dieu peut et désire nous introduire dans le domaine de l'obéissance? Il nous en a frayé l'accès en ce qu'Il a Lui-même souffert, manifestant dans ce domaine toute la perfection de son Être.

 

Ainsi bien qu'Il fût Fils, il a dû apprendre l'obéissance, durant les jours de sa chair, par les choses qu'Il a souffertes (Hébreux 5:8-10). Avant même de prendre de la main de son Père la « coupe » en Gethsémané, Il pouvait déclarer en Jean 17 qu'Il avait glorifié le Père et achevé l'oeuvre qu'Il lui avait donnée à accomplir.

 

Sa parfaite obéissance s'exprime par les mots suivants :

« Il commença à être saisi d'effroi et fort angoissé. Et il leur dit : Mon âme est saisie de tristesse jusqu'à la mort ; demeurez ici et veillez. Et s'en allant un peu plus avant, il se jeta contre terre, et il priait que, s'il était possible, l'heure passât loin de lui. Et il disait : Abba Père, toutes choses te sont possibles; fais passer cette coupe loin de moi; toutefois non pas ce que je veux moi, mais ce que tu veux toi. » (Marc 14:33-36)

Qui pourra comprendre et exprimer par des mots la mesure parfaite de l'obéissance de notre Sauveur et Seigneur ?

Le Père est glorifié, et Il glorifie son Fils qui est descendu si bas avant de remonter si haut, couronné de gloires nouvelles; celles du Fils de l'homme parfaitement obéissant, de l'Homme Christ Jésus ressuscité.

Et c'est ce divin Modèle qui est maintenant placé devant nos coeurs étreints par un tel amour. Il a souffert pour nous sauver et nous laisser un Modèle, le parfait Exemple.

Appelés à obéir à Dieu, nous ne pouvons le faire qu'en notre Sauveur. Et si hélas! notre nature pécheresse vient parfois encore souiller notre vie et nous dévier dans notre marche à sa suite, Il est aussi cet avocat qui plaide pour nous et qui nous accorde le pardon de nos offenses et la communion avec Dieu en ce qu'Il a fait et fait la propitiation pour tous nos péchés, pour tous les péchés (1 Jean 2:1-2).

Nous avons aucune excuse pour ne pas marcher dans l'obéissance. Si nous sommes réellement dans l'amour de Dieu, ses commandements ne sont pas pénibles. Et la fidélité à ces derniers reflète la réalité de l'amour que Dieu verse en chacun de ses enfants afin que tous manifestent Christ dans leur vie.

Que dirons-nous à ces choses pour nous y soustraire?

Obéissons et nous prouverons que nous connaissons Dieu et que nous vivons dans son amour.

 

Obéir c'est écouter Dieu

Obéir c'est croire Dieu

Obéir c'est garder la Parole de Dieu

Obéir c'est ne rien faire sans consulter Dieu

Obéir c'est attendre le signal de Dieu

Obéir c'est agir selon Dieu

Obéir c'est aimer comme Dieu aime

Obéir c'est pardonner comme Dieu pardonne

 

Obéir c'est me mettre en-dessous et au service des autres

comme Christ en donne le divin Exemple

Obéir c'est témoigner ouvertement de la grâce de Dieu

 

Obéir c'est me souvenir de l'oeuvre de Christ dans

le mémorial qu'il a institué jusqu'à son retour

Obéir c'est recevoir, être béni de Dieu

Obéir c'est porter du fruit qui demeure à la gloire de Dieu

Obéir c'est manifester Christ dans ma vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hecto - dans TÉMOIGNAGES
commenter cet article

commentaires

Www.chemin-Spirituel.net

  • : Le blog de chemin.spirituel.net.over-blog.com
  • Le blog de chemin.spirituel.net.over-blog.com
  • : Ce deuxième blog est pour continuer à exhorter et encourager mes semblable et y ajouter ce que D.ieu fait encore dans ma vie. par l'Amour de D.ieu en Jésus-Christ Notre Sei.gneur et Sauveur. Toutes inspiration sont données par l'Esprit-Saint sans l'aide d'aucune religion, parce que D.ieu est une relation personnelle et non une religion. Ce sont les hommes religieux qui ont à fait des religions.
  • Contact

Profil

  • Hectorine
  • Shalom dans le Nom de Yeshoua. Je me nomme Hectorine Duclos je suis écrivaine dans le domaine spirituel, c'est un don que D.ieu m'a donné en l'an 1992 et je donne tous ces écrits pour la gloire de D.ieu. Amen!
  • Shalom dans le Nom de Yeshoua. Je me nomme Hectorine Duclos je suis écrivaine dans le domaine spirituel, c'est un don que D.ieu m'a donné en l'an 1992 et je donne tous ces écrits pour la gloire de D.ieu. Amen!

Recherche